Santé : L’État sonne la fin des rejets systématiques de malades en situation d’urgence. (DOCUMENT)

Santé : L’État sonne la fin des rejets systématiques de malades en situation d’urgence. (DOCUMENT)
Des cas de malades en situation d’urgence négligés jusqu’à ce que mort s’en suivent, des Sénégalais peuvent en compter des milliers. Les cas du jumeau qui a succombé des suites d’un accident de la route dont il a été victime est l’un des derniers à avoir fait couler beaucoup d’encre. Mais des situations pareilles, l’État semble vouloir les ranger aux oubliettes. Et la Note circulaire signée par le ministre de la Santé et de l’Action sociale le confirme.

Dans ce document, Abdoulaye Diouf Sarr a donné des recommandations fermes aux directeurs des hôpitaux. Une décision qui entre dans le cadre de la mise en œuvre du Plan d’accélération pour l’amélioration de la prise en charge des urgences. Il est, dès lors, demandé à tout directeur d’hôpital de veiller au  respect des consignes qui leur sont données.

Et comme l’indique la note, ‘’tout patient qui arrive en situation d’urgence doit être prioritairement pris en charge. Ainsi l’établissement doit assurer la prise en charge du patient. Faute de place ou de conditions de prise en charge optimales ; il doit organiser sa référence avec la structure où il sera orienté ou le faire en collaboration avec le Samu’’.

‘’Aucun patient ne doit être évacué à bord d’un véhicule autre qu’une ambulance’’

Aux directeurs d’hôpitaux, il est clairement signifié que ‘’toute décision de référence doit être validée par le médecin, responsable de la garde. Aucun patient ne doit être évacué à bord d’un véhicule autre qu’une ambulance’’.

Il est aussi relevé l’obligation pour ‘’les médecins responsables de gardes et des services d’accueil des urgences (…) d’avoir des téléphones fonctionnels 24 h sur 24 et les numéros mis à la disposition de l’ensemble des structures’’. À charge pour le directeur général de chaque établissement de santé de veiller au respect strict et à l’exécution diligente de ces instructions, a indiqué ladite note circulaire datée du 2 janvier 2020, parcourue par Dakaractu.

À noter que ce document a été adressé à tous les directeurs d’établissement public de santé hospitalier. Et ampliation a été faite au cabinet du ministère de la Santé et de l’Action sociale (Msas) ainsi qu’à tous les Médecins chef de région (Mcr).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here