Les prescriptions relatives à la visite de la Mosquée du Prophète, Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam

Les prescriptions relatives à la visite de la Mosquée du Prophète, Salla Allahou 'Alaihi wa Sallam

Les prescriptions relatives à la visite de la Mosquée du Prophète, Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam

 

Louange à Allah, Exalté soit-Il. Que la Paix et Salut soient sur notre Prophète, Mohammad ainsi que sur sa famille, ses compagnons et ceux qui le suivent dans un bon comportement jusqu’au Jour de la Résurrection.

Les règles relatives à la visite de la Mosquée du Prophète () et à l’accomplissement de la prière dans cette mosquée sont ignorées de nombreuses personnes. Beaucoup de gens tombent, durant leur séjour à Médine, dans de nombreuses violations de la Charia. C’est pourquoi j’ai voulu écrire cet article afin d’éclaircir ces règles et pour mettre en garde contre leur violation comme cela est authentiquement rapporté du Prophète () et de ses Compagnons, qu’Allah soit satisfait d’eux, par une présentation organisée et dans un style simple convenant aux gens du commun.
Voici ces règles :
1- Il est licite de voyager en tout temps afin d’accomplir la prière dans la Mosquée du Prophète () comme cela a été confirmé dans As-Sahiihayn (les deux livres authentiques) et rapporté par Abou Horayrah, qu’Allah soit satisfait de lui : « Le Messager d’Allah () a dit :
« Une prière faite dans ma mosquée que voici vaut mieux que mille autres faites dans toute autre mosquée, exception faite de la Mosquée Sacrée » (Boukhari, Mouslim)
2- Le voyage dans le but d’accomplir la prière dans la Mosquée du Prophète () n’a aucun lien avec le Hadj et ce n’est donc pas un acte surérogatoire relevant du Hadj ou un perfectionnement de son accomplissement, qu’elle ait lieu avant ou après le Hadj.
3- Lorsque le musulman arrive à la Mosquée, il lui est fait les mêmes recommandations que lors de son entrée dans m’importe quelle autre mosquée. C’est-à-dire qu’il doit entrer à la Mosquée en avançant le pied droit, tout en disant :
«Bismillahi, was-Salaato was-Salaamo ‘Ala Rassoulillah. Allahomma Ftah Lii Abwaaba Rahmatik.» (Au nom d’Allah et que la Bénédiction et la Paix soient sur le Messager d’Allah. Ô Allah, ouvre-moi les portes de Ta Miséricorde)
« A’oudho billahi Al-‘Adhiim, wa bi Wadjhihi Al-Kariim, wa Soltaanihi Al-Qadiimi, min Ach-Chaytaani Ar-Radjiim.» (Je cherche refuge auprès d’Allah le Sublime, auprès de Sa Noble Face et de Sa Puissance Éternelle, contre Satan le maudit.)
4- Ensuite, il prie les deux Rak’ahs de salutation de la mosquée.
5- Après la prière, il est recommandé de se rendre à la tombe du Prophète () et aux tombes de ses deux Compagnons, Abou Bakr et ‘Omar, qu’Allah soit satisfait d’eux, et de dire :
« As-Salaamo ‘Alayka Yaa Rasoul Allah wa Rahmato Allah wa Barakaatoh, As-Salaamo ‘Alayka Yaa Abaa Bakr, As-Salaamo ‘Alayka Yaa ‘Omar.» (« Que la Paix soit sur toi, Ô Messager d’Allah, ainsi que la Miséricorde d’Allah et Sa Bénédiction. Que la Paix soit sur toi, Ô Abou Bakr. Que la Paix soit sur toi, Ô ‘Omar. »)
Puis il part et on ne revient pas comme Ibn ‘Omar, qu’Allah soit satisfait d’eux, le faisait lorsqu’il revenait de voyage. Il n’y a pas de mal à ajouter à cela quelques invocations personnelles sans en prendre l’habitude, si Allah, Exalté soit-Il, le veut.
6- Il est recommandé pour celui qui se trouve à Médine de faire ses ablutions chez lui, puis de se rendre à la mosquée de Qobaa’ et d’y accomplir deux Rak’ahs, en raison des paroles du Prophète () :
« Celui qui fait ses ablutions chez lui, puis se rend à la mosquée de Qobaa’ et y prie deux Rak’ahs, aura la récompense d’une ‘Omrah. » (Ahmad, An-Nassaa’i : Sahih)
7- Il est recommandé de visiter le cimetière d’Al-Baqii’ et les tombes des martyrs d’Ohod, car le Prophète () les visitait et invoquait Allah, Exalté soit-Il, en leur faveur, ainsi qu’en raison du sens général de sa parole : « Je vous avais interdit de visiter les tombes, visitez-les désormais. » (Mouslim).
Le Prophète () apprenait à ses Compagnons à dire lors de la visite des tombes :
« Que la paix soit sur vous, Ô habitants des demeures, parmi les croyants et les musulmans. Certainement, nous allons, si Allah le veut, vous rejoindre. Nous demandons à Allah de nous accorder, ainsi qu’à vous, le pardon. » (Mouslim)
8- Il faut savoir que la construction de coupoles ou de mosquées sur les tombes ainsi que l’enterrement des morts dans la mosquée est un des plus grands interdits et le Prophète () mit en garde contre lui avec insistance dans de nombreux textes, dont :
• ‘Aïcha, , a rapporté que le Prophète () a dit lors de la maladie qui l’emporta : « Maudits soient les juifs et les chrétiens, ils ont fait des tombes de leurs prophètes des lieux de cultes. » (Boukhari, Mouslim)
• ‘Aïcha a rapporté qu’Omm Habiibah et Omm Salamah, s, racontèrent au Messager d’Allah () qu’elles avaient vu en Abyssinie une église contenant des représentations. Il leur dit :
« Ceux-là, lorsqu’un homme pieux parmi eux meurt, construisent sur sa tombe un lieu de culte et y dessinent ces représentations. Ceux-là seront les pires créatures aux yeux d’Allah le Jour de la Résurrection. » (Mouslim)
• Djaabir, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté ceci : « Le Prophète () interdit de plâtrer la tombe, de s’asseoir dessus et d’y ériger une construction. » (Mouslim)
• Abou Marthad, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Messager d’Allah () a dit : « Ne vous asseyez pas sur les tombes et ne priez pas dans leur direction. » (Mouslim)
Concernant la présence de la tombe du Prophète () dans la mosquée, il faut savoir que le Prophète () n’a pas été enterré dans la mosquée, mais dans la chambre de ‘Aïcha, , et sa chambre se trouvait à l’extérieur de la mosquée jusqu’à la fin de l’époque des Compagnons à Médine.
Puis la mosquée fut agrandie à l’époque du califat d’Al-Waliid ibn ‘Abd Al-Malik et la chambre y fut intégrée (pour plus de renseignements là-dessus, veuillez vous référer à « Madjmou’ah Fataawaa Ibn Taymiyya », 27/323), alors qu’il n’aurait pas fallu étendre la mosquée en direction de la tombe du Prophète () mais dans les trois autres directions, en laissant la tombe du Prophète () à l’extérieur de la mosquée comme ce fut le cas lorsque ‘Omar et ‘Othmaan, qu’Allah soit satisfait d’eux, agrandirent la mosquée.
Erreurs et avertissements
1- De nombreuses personnes partent pour Médine avec l’intention de visiter la tombe du Prophète () alors que cela n’est pas permis. La prescription est que le musulman voyage avec l’intention de prier dans la Mosquée du Prophète () en raison de ses propos :
« Le voyage fait en vue de visiter une mosquée ne doit être entrepris qu’à destination de trois mosquées : la Mosquée Sacrée, ma mosquée que voici et la mosquée d’Al-Aqsaa.» (Boukhari, Mouslim)
2- La visite de la tombe du Prophète () de ses deux Compagnons, qu’Allah soit satisfait d’eux, d’Al-Baqii’ ainsi que de toute autre tombe est spécifique aux hommes. Quant aux femmes, il ne leur est pas permis de visiter quelque tombe que ce soit, en raison des propos du Prophète () qui a dit : « Allah a maudit les femmes qui visitent les tombes. » (Ahmad, At-Tirmidhi, Ibn Maadjah : Sahih)
3- Nul n’est autorisé à se frotter contre le minbar ni la chambre dans laquelle se trouve la tombe du Prophète () et ses deux Compagnons, qu’Allah soit satisfait d’eux, ou encore de l’embrasser ou de tourner autour, car tout cela est une Bid’ah (innovation en matière de religion) répréhensible.
4- Nul n’est autorisé à demander au Prophète () ou à un autre que lui, de satisfaire un besoin, de dissiper une peine, de guérir une maladie, d’intercéder en sa faveur dans l’au-delà ou autres choses de ce genre, car cela ne se demande qu’à Allah, Exalté soit-Il, et cette requête adressée à des morts revient à donner à Allah des associés.
5- Fait partie des Bid’ahs la pratique de certains visiteurs qui consiste à élever la voix près de la tombe du Prophète () à se tenir debout pendant une longue période, à redoubler d’effort dans les invocations près de sa tombe et à se diriger vers la tombe en levant les mains et en invoquant. C’est là la façon d’agir de certaines personnes qui s’orientent vers la tombe de loin et prononcent des salutations ou font des invocations, ou encore visitent la tombe du Prophète () après chaque prière ou à chaque fois qu’elles y entrent ou en sortent ; et tout cela va à l’encontre de la pratique des pieux prédécesseurs et des Compagnons du Prophète () et de ceux qui le suivent dans un bon comportement, et cela fait partie des Bid’ahs inventées.
6- Nous avons mentionné précédemment ce qu’il est prescrit de visiter pour celui qui visite Médine et mis à part cela, rien n’est prescrit, comme la visite des sept mosquées, de la mosquée aux deux Qiblas, etc. Il en est de même pour ce qui est d’aller avec ceux qui récitent ces invocations afin que les visiteurs les répètent après eux.
Annexe importante sur ce que doit connaître le serviteur et que je résume ainsi :
Premièrement : La plus importante obligation est d’adorer Allah, Exalté soit-Il, Seul, sans rien Lui associer. Allah, Exalté soit-Il, dit (sens des versets) :
• « Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent. » (Coran 51/56)
• « Nous avons envoyé dans chaque communauté un Messager [pour leur dire] : ‘Adorez Allah et écartez-vous du Tagut’. […] » (Coran 16/36)
• « Adorez Allah et ne Lui donnez aucun associé. » (Coran 4/36)
Et celui qui adresse quelque type d’adoration que ce soit à un autre qu’Allah, Exalté soit-Il, tombe dans le polythéisme. Allah, Exalté soit-Il, dit (sens des versets) :
• « Certes, Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne quelqu’associé. À part cela, Il pardonne à qui Il veut. Mais quiconque donne à Allah quelqu’associé commet un énorme péché. » (Coran 4/48)
• « […] l’association à [Allah] est vraiment une injustice énorme. » (Coran 31/13)
Le polythéisme est de deux genres :

Le premier genre : le polythéisme majeur qui fait sortir de la religion et dont on peut citer comme exemples :
1- L’invocation d’un autre qu’Allah, Exalté soit-Il, comme de se rendre à la tombe du Prophète () ou d’une personne pieuse et de dire : « intercède en ma faveur ou guéris ma maladie », etc.
2- L’immolation pour un autre qu’Allah, Exalté soit-Il, telle l’immolation pour les djinns et les diables ou les prophètes et les pieux auprès de leurs tombes.
3- La circumambulation autour des tombes.
4- Le jugement sur une autre base que ce qu’Allah, Exalté soit-Il, a révélé (selon les détails mentionnés dans les livres se rapportant au credo islamique).
5- Le port d’amulettes autour du cou, de la main ou chez les enfants ou encore le fait de les accrocher dans les maisons ou les voitures en croyant fermement que cela porte chance et prévient du mal.
6- La magie.
Le deuxième genre : le polythéisme mineur qui est un péché important, mais ne fait pas sortir de la religion, par exemple :
1- L’ostentation. Le Prophète () a dit :
« Ce que je crains le plus pour vous, c’est le polythéisme mineur ».
« Quel est-il ? », lui demanda-t-on alors.
« L’ostentation », répondit-il. (Ahmad : Hassan)

2- Le fait de jurer par un autre qu’Allah, Exalté soit-Il, en disant : « je jure par le Prophète, je jure sur ma vie, je jure par mon père, je jure par mon honneur ». ‘Omar ibn Al-Khattaab, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète () a dit : « Celui qui jure par un autre qu’Allah aura certes commis un acte de mécréance ou commis une idolâtrie.» (Ahmad, Abou Daawoud et autres : Sahih)
3- Les propos : « Si Allah le veut et si un tel le veut ».
Hodhayfah, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète () a dit : « Ne dites pas : si Allah le veut et si un tel le veut, mais dites : si Allah le veut puis si un tel le veut. » (Abou Daawoud : Sahiih)
Ibn ‘Abbaas, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté qu’un homme avait dit au Prophète () :
– « Si Allah le veut et si tu le veux ». Il lui dit alors :
– « As-tu fait de moi un égal d’Allah ? Il faut plutôt dire : si Allah Seul le veut. » (Ahmad, Ibn Maadjah et autres : Sahih)

Deuxièmement : l’adoration n’est valable qu’à trois conditions :
1- L’Islam : l’adoration n’est pas valable pour un non-musulman tels le juif, le chrétien, etc.
2- La sincérité : celui qui commet dans l’adoration une association majeure ou mineure telle l’ostentation, ses actes d’adoration sont invalides.
3- La conformité aux actions du Prophète () : celui qui ajoute une sixième prière ou accomplit la Salate Adh-Dhohr en procédant à cinq Rak’ahs, son acte est une Bid’ah, il commet un péché et sa prière est invalide même s’il était sincère ou s’il dit que son intention est d’accroître sa récompense, en raison des propos du Prophète () qui a dit : « Tout acte qui n’est pas conforme à nos enseignements (la Sunna) est rejeté par Allah, Exalté soit-Il » (Mouslim)
Troisièmement : plusieurs actes interdits par la Charia ce sont répandus aujourd’hui parmi les gens, faites-y attention, mon frère musulman, et prenez garde à ne pas y tomber. Parmi ceux-ci :
1- Le fait de retarder la prière au-delà de son temps, car c’est un des plus grands péchés en Islam.
2- Le fait de délaisser la prière en commun à la mosquée et tout particulièrement la Salate Al-Fadjr et la Salate Al-‘Asr.
3- Le fait de se rendre chez les sorciers et les prestidigitateurs.
4- Le fait de rechercher la bénédiction auprès de ce qui n’a pas de base légale, telle la recherche de bénédiction auprès des tombes des prophètes et des pieux ou par le biais du drap recouvrant la Ka’bah et sa structure.
5- La consommation d’alcool et de stupéfiants.
6- Le fait de gagner son argent par des moyens illicites comme l’usure, le vol, la fraude dans la vente et la duperie au niveau des poids et des quantités.
7- Le crime de la fornication et de ses préludes tel le regard dirigé vers les femmes et la mixité.
8- La désobéissance aux parents et la rupture des liens de parenté.
9- Les écarts de langage, le mensonge, la médisance et les ragots.
10- Et pour vous, musulmane, le fait de dévoiler quoi que ce soit de vos parties intimes devant les hommes étrangers tels le visage, les cheveux, les mains et les jambes ou de délaisser le port de la robe. Vous devez porter le Hidjaab qui recouvre l’entièreté du corps.
Ceci est la fin de cette lettre, louange à Allah, Exalté soit-Il. Paix et Salut sur notre Prophète Mohammad, sur sa famille et tous ses Compagnons.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here