Abou Bakr As-Siddîq: Naissance et Jeunesse à La Mecque

Abou Bakr As-Siddîq: Naissance et Jeunesse à La Mecque

Abou Bakr As-Siddîq: Naissance et Jeunesse à La Mecque

 

Abou Bakr As-Siddîq

« Abou Bakr As-Siddîq ne vous devança ni par sa prière ni par son jeûne. Il vous devança par une chose installée dans son cœur. » [Récit rapporté par Al-Ghazâlî ; d’après Al-`Irâqî, on ne lui trouve pas d’attribution directe au Prophète — paix et bénédictions sur lui —. Il fut rapporté par Al-Hakîm At-Tirmidhî, dans Nawâdir Al-Usûl selon Bakr Ibn `Abd Allâh Al-Muzanî.]

Naissance et Jeunesse à La Mecque

Trois ans après la naissance du Prophète — —, vers 573 E.C., La Mecque vit naître « le meilleur homme sur terre hormis les prophètes ». Dans une famille Qurayshite de la tribu de Taym qui, à l’époque, était chargée d’acquitter le prix du sang aux familles des victimes de meurtres, naquit `Abd Allah Ibn Abî Qouhâfah (alias Abou Bakr), de son nom complet `Abd Allah Ibn `Outhmân Ibn `Amr Ibn Ka`b Ibn Sa`d Ibn Taym Ibn Mourrah Ibn Ka`b. Sa généalogie rejoint celle du Prophète — — au sixième ancêtre, Mourrah Ibn Ka`b. Sa mère, Salmâ Bint Sakhr, surnommée Oumm Al-Khayr, fut parmi les femmes ayant embrassé l’islam avant l’Hégire alors que son père ne l’embrassa que tardivement.

À l’époque préislamique, Abou Bakr était surnommé « `Abd Al-Ka`bah » (le serviteur de la Ka`bah). Ce n’est qu’après l’avènement de l’islam que le Prophète — — lui donna le nom de `Abd Allah (le serviteur d’Allah) et le surnomma « Al-`Atîq » (l’affranchi, l’épargné) car il expliqua à son sujet : « Abou Bakr est celui qu’Allah affranchit du feu » [Rapporté par Abû Nu`aym dans Al-Ma`rifah]. L’on rapporte également qu’il fut surnommé de la sorte en raison de sa beauté et de ses vertus qui, parmi les qourayshites, le distinguaient ainsi que ses ancêtres. Il était distingué par un nez très fin et pointu avec des yeux enfoncés et un front bombé. Son surnom Abou Bakr provient du fait qu’il était souvent le premier à proposer et à entreprendre des œuvres de bienfaisance. Bakr étant un mot qui provient de la racine « Ba-ka-ra » qui signifie en arabe « prendre l’initiative, être créatif ». Il fut plus tard surnommé « As-Siddîq » (Le Véridique) pour avoir résolument cru à l’évènement d’Al-Isrâ’ wal-Mi`râj (Le voyage nocturne et l’Ascension) alors que d’autres Compagnons mirent du temps avant d’y adhérer. Concernant cet évènement, il eut lieu à un moment où les Musulmans vivaient une épreuve particulièrement difficile. Pour le Prophète, la perte d’un soutien en la personne de son oncle Abou Tâlib et de son épouse la Mère des Croyants Khadîjah Bint Khouwaylid et le traitement que lui réserva la tribu d’At-Tâ’if qui harangua ses idiots contre lui, furent très difficiles à surmonter. Allah — Exalté soit-Il — lui accorda ce voyage nocturne pour le réconforter. Mais les Polythéistes y trouvèrent un prétexte pour se moquer de lui et faire douter les plus faibles parmi les Musulmans quant à la véracité de son récit, si bien que certains Musulmans renièrent leur foi. Abou Bakr se rendit au Sanctuaire et écouta le récit de Mohammad — — décrivant Bayt Al-Maqdis (le temple saint de Jérusalem). Lui-même ayant eu l’occasion de le visiter, il attesta devant les gens de la véracité de ce récit. Ceci raffermit le cœur des croyants et contribua à mettre un terme à la discorde déclenchée par les Polythéistes.

Avant l’avènement de l’Islam, Abou Bakr ne partageait pas les croyances des qourayshites. Il ne se prosterna guère devant une idole et ne but jamais d’alcool. Un jour, on lui demanda : « Ne voudrais-tu donc pas te prosterner devant Al-Lât et al-`Uzzâ ? » Et Abou Bakr de s’interroger : « Qui sont-elles ? » On répondit : « Les filles d’Allah ! » Il s’exclama : « Qui est donc leur mère ? » Par ailleurs, Abou Bakr faisait partie des notables les plus respectés de Qouraysh et l’un de ses plus fins connaisseurs en matière de généalogie des tribus arabes.

Commerçant aisé, Abou Bakr se maria durant la période préislamique avec Qoutaylah Bint `Abd Al-`Uzzâ ; mariage qui donna naissance à Asma bint Abou Bakr et `Abd Allah Ibn Abou Bakr, deux grandes figures de l’islam. Il épousa ensuite Oumm Roumân qui lui donna `Abd Ar-Rahmân et la Mère des Croyants Aicha. Après l’avènement de l’Islam, Abou Bakr épousa Asmâ’ Bint `Oumays, qui lui donna Mohammad, avant d’épouser Habîbah Bint Zayd Al-Khazrajiyyah qui lui donna Oumm Koulthoûm.

« Abou Bakr, tu es mon compagnon sur le Bassin et mon compagnon dans la grotte » [Hadith rapporté par At-Tirmidhî.]

L’amitié qui lia Abou Bakr au Prophète ne vit pas le jour au lendemain de la révélation du Message puisqu’elle datait de plus loin. Non seulement leurs nobles caractères les avaient rapprochés, mais aussi leurs voyages ensemble avec les caravanes commerciales partant vers la Syrie eurent un grand effet sur la consolidation de leurs liens d’amitié. Ce fut durant l’un de ces voyages, que la caravane Qourayshite croisa le moine Bahîrâ qui, ayant très tôt aperçu les signes de la prophétie de Mohammad — —, conseilla à son oncle de le garder loin des yeux des Juifs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here